Primature

Switch to desktop Register Login

class="gkFeaturedItemTitle" Discours du Président de la République SEM Ibrahim Boubacar Keïta à l'occasion de l'installation des facilitateurs du dialogue politique inclusif

  • Catégorie : Actualités
  • Publié le mardi 25 juin 2019 15:36

Monsieur le Premier ministre,

Madame, Messieurs les Présidents des Institutions de la République, 

Mesdames, Messieurs les membres du Gouvernement,
Mesdames et Messieurs les membres du Corps diplomatique et des Missions
Consulaires accréditées en République du Mali,
Mesdames et Messieurs les représentants des organisations internationales,
Autorités religieuses et chefs coutumiers,
Mesdames et messieurs les chefs de partis politiques,
Messieurs les membres des mouvements signataires de l’Accord pour la paix et la réconciliation au Mali, issu du processus d’Alger,
Messieurs les membres des mouvements non signataires adhérant à l’esprit de l’Accord pour la paix et la réconciliation au Mali, issu du processus d’Alger,
Responsables d’Organisations citoyennes,
En vos grades et qualités,
Tous protocoles observés,

Je vous souhaite la bienvenue et je vous remercie sincèrement d’être une fois de plus à mes côtés, à mon invitation. Invitation que j’ai toujours honneur et privilège de vous adresser en raison de qui vous êtes, ce que vous représentez, et ce pourquoi chacune et chacun, vous vous êtes battu, parfois à votre corps défendant, toujours pour la cause du Mali, que vous mettez au-dessus de tout, de toutes les contingences, de toute autre considération.
Responsable de la Communauté islamique, responsable de la Communauté catholique, responsable de la Communauté protestante, légitimités traditionnelles, leaders politiques, responsables d’organisations de la société civile, syndicats, souffrez que je vous exprime ma gratitude.
Vous êtes tous acteurs dynamiques de la transformation qualitative de notre pays, des maillons essentiels de la grande chaîne qu’est le Mali.
Vous êtes avec nous chaque fois que votre présence est requise et que votre voix est attendue.
Puisse Allah le tout Puissant vous rendre l’honneur et la considération que vous me portez !
Puisse le Tout-Puissant, accorder à ce pays pacifique et tolérant, la paix qu’il désire !
Puisse t-il éloigner de nous les affres de la violence et de l’obscurantisme !

Mesdames et messieurs,
A l’instant, nous installerons les trois personnes sur lesquelles le choix que me confèrent mes charges, s’est porté, pour conduire le dialogue politique inclusif ainsi que le processus subséquent de réformes institutionnelles.
Une femme et deux hommes.
La femme, d’abord : une femme attachée au terroir, au territoire, à l’Afrique, dans un monde partageux où les uns ne sont pas des loups pour les autres. Une femme au verbe et clair et haut : Aminata Dramane Traoré. Merci chère sœur de nous avoir fait l’honneur d’accepter !
Maintenant les deux hommes, mes aînés respectables.
Baba Hakib Haidara, le médiateur de la République, militant infatigable, persuasif et loyal. Il vient à cette mission, fort de décennies d’expérience, dans la science de l’écoute, de l’interaction et de la synthèse.
Puis, Ousmane Issoufi Maiga, ancien Premier ministre, homme d’action porté sur le résultat, avec la poigne et l’autorité qui lui sont reconnues, mais également avec le respect qui lui est témoigné, y compris par ses adversaires.
Baba Hakib Haidara et Ousmane Issoufi Maiga, merci également pour nous avoir fait l’honneur d’accepter !
Dans ces travaux, vous aurez certes besoin de tout le Mali dans son ensemble mais pour coordonner et harmoniser cet ensemble, un homme d’expérience vous accompagne, l’Ambassadeur Cheick Sidi Diarra dont le parcours pour le moins élogieux milite en tous points pour lui, là encore au bénéfice du pays tout entier.
Vous êtes de ceux-là ! La Nation vous a désignés ! Vous ne saurez-vous dérober ! Et je sais, vous ne vous déroberez point.
Ce ne sont pas seulement nos vœux qui vous accompagnent, c’est toute la Nation malienne, avec toutes ses ressources sans exclusive aucune, qui vous porte et vous supporte !


Mesdames et messieurs,
Tous ensemble, nous devons saluer, avec déférence ce triumvirat de patriotes engagés et désintéressés.
Nous devons les acclamer et les accompagner car sans hésiter un seul instant, ils ont accepté le sacerdoce.
Ils sont les premiers à savoir que leur mission sera tout sauf une sinécure.
Mais ils sont authentiquement Maliens, authentiquement engagés pour le Mali et ils savent que menée à bien, leur mission consolidera la marche du Mali, ancrera davantage la démocratie malienne qui a payé le prix du sang, le prix rédhibitoire du sang.
Ils savent et c’est pourquoi, je leur serai toujours reconnaissant d’avoir accepté la mission, qu’ils ont fort à faire.
Ils ont fort à faire entre plusieurs nécessités, toutes impérieuses. D’abord, secouer le cocotier après trois décennies de parcours institutionnel. Ensuite éviter de jeter le bébé avec l’eau du bain, pour utiliser ici et pour toute sa pédagogie, l’expression du regretté Me Demba Diallo.
Ils donneront également la parole car la catharsis, en l’occurrence, peut être salutaire. Mais il leur faudra arbitrer avec tact. Car les débats devront être ordonnés et courtois, ils devront être épuisés dans un temps donné pour donner lieu à l’utile synthèse que le pays attend et à laquelle il a droit.
Tout cela devra être fait. Ce ne sera rien de facile pour le trio arbitral. Nous savons quel peuple nous sommes. Nous savons nos motivations individuelles en venant à ce dialogue.

Mesdames et messieurs,
J’ai adressé en mai dernier une lettre à tous les partis politiques, aux mouvements et aux regroupements politiques, à la société civile, aux autorités religieuses et coutumières, aux centrales syndicales et aux syndicats autonomes pour solliciter leur contribution à la tenue du dialogue politique inclusif.
Je peux me réjouir de la réception de propositions de qualité à hauteur des enjeux nationaux, et qui serviront de base au travail du Triumvirat.
Permettez-moi de remercier vivement tous ceux qui ont fourni ces propositions et de solliciter encore une fois leur accompagnement et leur soutien pour enrichir les débats à venir lors du dialogue politique inclusif.

Madame et messieurs les facilitateurs,
C’est votre art, Aminata Dramane Traoré, Baba Hakib Haidara, Ousmane Issoufi Maiga, qui fera le succès de ce grand moment d’évaluation et de propositions que doit être le dialogue politique inclusif.
Arbitres et joueurs, vous serez appelés souvent à monter au filet autant qu’à garder les buts.
A travers ce dialogue politique inclusif, il s’agira de faire l’inventaire des problèmes auxquels notre pays est confronté avec l’ensemble des acteurs, et de proposer des solutions avec un chronogramme et un plan d’actions de mise en œuvre. Votre mission, sous mon autorité, consistera à :

- assurer l’inclusivité du dialogue politique avec l’ensemble des forces vives de la Nation ;
- assurer l’adhésion de l’ensemble des acteurs aux résolutions et conclusions du dialogue ;
- favoriser l’adhésion des acteurs aux réformes politiques et institutionnelles ;
- assurer l’orientation du dialogue politique inclusif ;
- connaitre les attentes de toutes les forces vives de la nation ;
- contribuer à l’apaisement du climat social ;
- trouver un consensus politique en vue de l’organisation des élections ;
- s’entendre sur la loi fondamentale ;
- renforcer la confiance entre les Institutions de la République et les populations ; - encadrer le dialogue politique inclusif.

Tous, vous avez le background souhaité et les aptitudes requises pour que l’exercice soit conduit dans les règles de l’art, dans la perspective SMART (Sustainable, Measurable, Applicable, Realistic, Time-bound) si chère aux développementalistes Anglo-Saxons.
Ce qui en français donnerait un forum aux résultats suivants :
§ Soutenables,
§ Mesurables,
§ Applicables,  Réalistes et,  Tangibles.
Mesdames et Messieurs,
Je dis tout cela, non pas pour donner des instructions, ni pour guider les professionnels aguerris qui composent le Triumvirat, mais pour mettre en relief le caractère stratégique de l’exercice que nous nous apprêtons à conduire.
C’est à la fois à une œuvre de correction et de refondation de notre démocratie que nous sommes conviés.
Nous avons également à vérifier et raffermir notre volonté de rester une nation unie et solidaire, appelée à prendre sa part dans un contexte de forte concurrence où seul le mérite prévaudra.
J’avais eu à dire que le dialogue politique inclusif part d’un vécu, que le pays avait eu à organiser plusieurs réflexions stratégiques sur son avenir et ses choix.
Des débats fort édifiants se sont déroulés toutes ces années dont les conclusions méritent d’être prises en compte lors des travaux qui s’annoncent. Les Assises de la Décentralisation, les Assises Nationales sur le Nord ont été autant de moments d’incubation et de résultats qui doivent être versés au débat.
Il ne peut donc s’agir d’enfoncer des portes ouvertes et votre long parcours, Madame et messieurs du Triumvirat, nous aidera à circonscrire les pièges de l’enlisement et de l’irréalisme.
Ma confiance en vous est totale. Le Mali compte sur vous. Et le Mali a raison de compter sur vous.
Bonne chance. Bonne mission. Bonne moisson

Vive le Mali uni et indivisible, Qu’Allah bénisse le Mali !

Koulouba, 25 Juin 2019

class="gkFeaturedItemTitle" Partenariat scientifique Mali-France :célébration du 75ème anniversaire de l'Institut de Recherche pour le Développement (IRD) au Mali.

  • Catégorie : Actualités
  • Publié le mardi 25 juin 2019 12:18

Le Premier ministre, Chef du Gouvernement, Dr Boubou Cissé, a présidé, ce mardi matin , la cérémonie d’ouverture de la journée du partenariat scientifique entre le Mali et l'Institut de Recherche pour le Développement (IRD), placée sous le thème « L’IRD, la trajectoire d’un partenariat scientifique au Mali »

La cérémonie s’est déroulée en présence des ministres en charge de la Santé et des Affaires sociales, M.Michel Sidibe, de l’Enseignement supérieur et de la Recherche scientifique, Mahamadou Famanta, de l’ambassadeur de France au Mali, SEM Joël Meyer, du directeur général de l’IRD, et de nombreuses personnalités maliennes et françaises.

Nous partageons avec vous l’allocution du Premier ministre, Chef du Gouvernement lors de cette cérémonie.

Monsieur le Ministre de la Santé et des Affaires sociales ;
Monsieur le Ministre de l'Enseignement Supérieur et de la Recherche scientifique ;
Excellence Monsieur l’Ambassadeur de France au Mali ;
Monsieur le Président Directeur General de l'IRD ;
Madame KEITA Djénéba, Maire-Adjointe de la ville de Montreuil en charge du développement économique, Vice-présidente EST-Ensemble ESS ;
Madame DJIRE Mariam DIALLO, Maire de la commune III du District de Bamako.


C’est avec un réel plaisir que je préside la cérémonie d’ouverture de la journée consacrée au partenariat scientifique entre le Mali et l'Institut de Recherche pour le Développement (IRD), ceci, dans le cadre de la célébration de ses 75 ans d’existence.
Plaisir et satisfaction d’être parmi vous, tout d’abord car, scientifique de formation, j’ai toujours attaché une grande importance à la recherche pour comprendre le monde dans lequel nous vivons. J’y reviendrais !
J’ajoute que mon plaisir d’être ici est redoublé par le fait qu’il s’agit d’échanger, de partager des idées sur les collaborations scientifiques de nos instituts maliens dont l’un d’eux est piloté par le Professeur Jean Paul MOATTI qui a dirigé en son temps mon doctorat d’économie à l’Université de Marseille. Ce sont donc pour moi des retrouvailles émouvantes. Le contexte est certes bien différent mais la joie de côtoyer à nouveau le Pr MOATTI est intacte.

Si l’IRD est officiellement reconnu au Mali depuis 1984, date de l’accord de siège qui nous lie, alors sous le nom de l’ORSTOM, ses chercheurs sont présents au Mali depuis le milieu des années 50.

Une présence donc ancienne qui a occasionné des compagnonnages scientifiques sur la durée, que nous appelons collaborations, coopérations ou, aujourd’hui, partenariats. Il me semble que l’atout de l’IRD est de pouvoir associer la recherche et la formation : j’en suis un exemple vivant. Une formation « à la recherche par la recherche » exigeante !
Tout ceci a été rendu possible par la présence au long cours de ses chercheurs et la permanence de sa représentation à Bamako par-delà les aléas de la situation.
Cela est extrêmement important dans ce monde et dans notre pays, le Mali, confronté à des défis majeurs.
J’en verrai deux pour lesquels précisément l’apport de la recherche est indispensable
Le premier est de comprendre le monde dans lequel nous vivons, mesurer ses évolutions, saisir ses dynamiques.
Avec la diffusion d’informations en temps réel, les réactions immédiates sur les réseaux sociaux, on voit bien que se propagent des informations erronées qui relèvent surtout de l’avis ou du point de vue.
Le danger est que ces informations soient présentées comme des vérités absolues ou des preuves. La seule alternative à cette situation, c’est la production de données robustes, par les chercheurs.
Cela demande parfois du temps (mais pas toujours), des moyens, mais je reste convaincu que l’investissement est éminemment rentable : l’économiste que je suis dirait que cela est coût/efficace. Il faut parfois accepter de « perdre du temps » pour en gagner. Le décideur a tout intérêt à écouter les chercheurs. A charge pour eux de produire des analyses qui soient accessibles et interprétables par le responsable politique.
Sachez qu’en ce qui me concerne, je serai toujours attentif à la voix des chercheurs.
Ce d’autant plus que la situation que vit notre pays nécessite de comprendre ce qui se passe, que ce soient les dynamiques qui expliquent la situation actuelle ou les enjeux nous permettant de sortir de la crise que nous vivons.
Il ne s’agit pas de trop demander à la recherche, de penser qu’elle a la solution à tous les défis auxquels nous sommes confrontés : par contre je suis certain, à l’inverse, que sans la sollicitation de l’expertise scientifique notre compréhension des situations s’en trouverait réduite.
Le second défi auquel nous sommes confrontés et pour lequel, à son niveau, l’IRD est et doit continuer à être présent, est celui de la formation de nos jeunes. Notre pays a une population très jeune qui a besoin d’être formée.
Certes toute la jeunesse n’est pas destinée à faire des études supérieures, mais celles et ceux qui choisissent cette voie doivent être accompagnés, encouragés dans ce sens. C’est la raison pour laquelle je souhaite que l’IRD continue à appuyer nos étudiants et nos formations.

Je sais que c’est d’ores et déjà le cas (par des bourses de thèse, pas l’appui à des formations en master) et je souhaite que cela continue, s’amplifie, au même titre que l’effort fourni par l’Ambassade de France dans le domaine de la formation, et que je salue ici.
Le Mali est confronté à des défis, le gouvernement que je dirige sait que sa mission sera d’autant plus aisée à remplir qu’il pourra s’appuyer sur la collaboration de l’ensemble de ses partenaires. Dans le domaine scientifique l’IRD est le premier d’entre eux et je souhaite qu’il continue à l’être.
Aussi cette journée est importante car elle permettra à la fois de parler de nos collaborations passées et nous projette dans le futur de ce que pourrait être une science au service d’un développement durable, inclusif.

C’est pourquoi, sans plus tarder, je déclare ouverte cette journée dédiée à la trajectoire du partenariat scientifique de l’IRD au Mali.

class="gkFeaturedItemTitle" Secteur minier : Cérémonie de pose de la première pierre de l’École Africaine des Mines du Mali (EAMM).

  • Catégorie : Actualités
  • Publié le mardi 25 juin 2019 10:11

Le Premier ministre, Chef du Gouvernement Dr Boubou CISSE a procédé à la pose de la première pierre de l’École Africaine des Mines du Mali (EAMM), cet après-midi à Bamako.

« C’est un grand jour pour le Mali et l’Afrique car cet établissement permettra de mettre à la disposition des industries minières des compétences africaines nécessaires à leur fonctionnement. En outre, grâce à cette école, le nombre d’employés sera triplé dans les prochaines années, passant de 7000 aujourd’hui à plus de 21 000 au Mali » a déclaré le Chef du Gouvernement.

L’École Africaine des Mines du Mali, qui sera bâtie sur un espace de 20 ha, coûtera la somme 15,40 milliards de F.CFA sur financement de l’État et des partenaires, notamment du secteur minier.

Elle aura une capacité d’accueil de trois cents (300) étudiants qu'elle formera sur des programmes de cycles d'ingénieurs miniers, de spécialistes en géologie minière et de techniciens supérieurs en technologies minérales, ainsi que dans des modules de formation liés aux aspects de santé et sécurité, de l’environnement, de la fiscalité minière et de la réhabilitation des sites.

« Le fait de poser aujourd’hui la première pierre d’une école qui sera dédiée à la formation des cadres pour ce secteur, avec toutes les commodités requises, est un grand pas vers l’amélioration de l’exploitation des ressources minérales pour une croissance économique équitable et inclusive et un développement durable, eu égard aux potentialités minières de notre pays » a expliqué Mme LELENTA Hawa Baba BAH, Ministre des Mines et du Pétrole lors de la cérémonie.

Cette cérémonie s’est déroulée en présence des membres du Gouvernement, des représentants des Institutions de la République, des membres de la chambre des mines du Mali et des représentants des sociétés minières et des partenaires techniques et financiers.

class="gkFeaturedItemTitle" Primature: séance de travail avec l’ONU et l’UE

  • Catégorie : Actualités
  • Publié le vendredi 21 juin 2019 12:42

Le Premier ministre, Chef du Gouvernement, Dr Boubou Cissé a présidé ce vendredi une séance de travail à la Primature avec les secrétaires généraux adjoints de l’Organisation des Nations Unies en charge des opérations de maintien de la paix dont Jean Pierre Lacroix et Pedro Serrano en charge de la Défense et la Sécurité.

Les travaux de cette réunion portaient essentiellement sur l’état de la mise en œuvre de l’Accord pour la paix et la réconciliation issu du processus d’Alger et la situation sécuritaire dans notre pays.

Plusieurs ministres étaient présents à cette réunion notamment le ministre de la Défense et des Anciens Combattants, le général de division Ibrahim Dahirou Dembele et le ministre des Affaires étrangères et de la Coopération Internationale, M.Tiébilé Dramé.

class="gkFeaturedItemTitle" Point de Presse du Procureur en Charge du Pôle Judiciaire Spécialisé de Lutte contre le Terrorisme sur les événements de Sobane Da:

  • Catégorie : Actualités
  • Publié le mercredi 19 juin 2019 08:16


Le Procureur du Pôle Judiciaire Spécialisé de Lutte contre le Terrorisme et la Criminalité Transnationale organisée informe que sur instruction du Ministre de la Justice et des Droits de l’Homme, Garde des Sceaux, une enquête a été ouverte sur l’attaque dont le hameau de culture Sobane Da a été victime.
A cette fin, le procureur s’est rendu le 11 juin 2019 accompagné de trente (36) enquêteurs dont des spécialistes de la police scientifique.

Ils ont séjourné pendant trois (3) jours à Sobane Da pour recueillir des éléments d’enquêtes. L’équipe d’enquête a procédé à la fixation e la scène de crime, aux recueils d’indices et des auditions de victimes et de témoins.

Les faits :
Le 09 juin 2019 aux environs de 17 heures plusieurs motocyclistes détenant des armes de guerres et des fusils de chasse s’attaquèrent au hameau de culture de Sobane Da du village de Koundou dans la commune de Sangha. L’attaque durait jusqu’aux environs de 23 heures.

Plusieurs motocyclistes criant « Allahou Akbar » s’attaquaient au hameau de Sobane Da. Un premier groupe rentrait dans le hameau, il incendiait, tirait et terrorisait les habitants, un second groupe rassemblait le bétail et demandait de l’argent aux habitants tandis qu’un troisième groupe empêchait quiconque de rentrer et de sortir du village. Ainsi pris en otage, les habitants de Sobane Da subissaient les exactions d’individus souvent connus des habitants du hameau par ce qu’étant leurs voisins.

Plusieurs personnes décédaient des suites d’incendies ou d’armes à feu, le bétail était emporté, les habitants et les greniers s’effondraient et d’autres biens et animaux également brulés.
Le bilan de l’attaque susceptible d’évoluer au fur et à mesure que les investigations progresseraient se présente comme suit :
- 35 personnes décédées ;
- 09 personnes blessées dont 07 par brulures et 02 se trouvant dans un état de choc ;
- 108 personnes composées uniquement de femmes et d’enfants déplacés dans le village de Koundou,
- D’autres personnes dont le nombre reste à déterminer se sont déplacées dans les villages voisins.
Plusieurs dégâts matériels ont aussi été enregistrés.
Aussi, les investigations ont permis de rassembler des pièces à conviction composées essentiellement d’étuis de 7,62 et de fusils de chasse.
29 personnes ont déjà été entendues par les enquêteurs et une dizaine de personnes ont été interpellées en lien avec les faits.

Par ailleurs, il faut noter une parfaite synergie entre l’ensemble des services de l’Etat pour mettre la lumière sur tous ces faits et traduire les auteurs en justice.
Nous demandons encore la collaboration de l’ensemble  de la population pour dénoncer aux autorités tout fait susceptible de représenter une menace pour la sécurité des personnes et surtout ne pas céder à la passion et l’amalgame.

class="gkFeaturedItemTitle" COMMUNIQUÉ DU GOUVERNEMENT DU MALI :

  • Catégorie : Actualités
  • Publié le mercredi 19 juin 2019 08:13


Le Gouvernement de la République du Mali informe l’opinion nationale et internationale que des attaques terroristes ont visé hier lundi 17 juin 2019, dans la soirée les localités de Gangafani et Yoro dans le cercle de Koro, non loin de la frontière avec le Burkina Faso. Le bilan provisoire officiel est de 38 morts et de nombreux blessés.

Le Gouvernement informe qu’un contingent des forces de défense et de sécurité a été dépêché sur les lieux pour sécuriser les populations et leurs biens, et traquer les auteurs de ces attaques.

Le Gouvernement présente ses condoléances les plus émues aux familles endeuillées et souhaite un prompt rétablissement aux blessés.

Par ailleurs, le gouvernement informe qu’une patrouille des FAMAs est tombée dans une embuscade tendue par des terroristes à Banguimalam, sud-ouest de Gossi. Des renforts ont été dépêchés pour secourir les éléments victimes d’attaques terroristes et sécuriser la zone.  

Le gouvernement tiendra informée la population de l’évolution de la situation.

 
Bamako, le 18 juin 2019

Le Gouvernement

class="gkFeaturedItemTitle" COMMUNIQUE DE PRESSE

  • Catégorie : Actualités
  • Publié le lundi 17 juin 2019 17:14


Le Cabinet du Premier ministre a noté, que depuis le samedi 15 juin, un document intitulé “Termes de référence du dialogue politique et social” circule sur les réseaux sociaux.
Le Cabinet du Premier ministre regrette qu’un document de travail interne ait été publié probablement dans une posture malveillante et le Cabinet travaillera à situer les responsabilités. A ce stade, l’Equipe de préparation du dialogue politique de la Primature est en train de faire un résumé des propositions reçues par les partis et regroupements de partis, la société civile, les légitimités traditionnelles et les autorités religieuses. Ce travail n’a pas encore été soumis aux Facilitateurs du dialogue et n’a donc pas passé le premier niveau d’approbation interne.  Une fois que cela sera fait et que les Facilitateurs auront procédé à une première revue, un atelier national sera convoqué pour les valider. Les termes de référence ne deviendront donc une réalité qu’après cet atelier qui inclura les représentants de toutes les catégories socio-professionnelles et politiques. Une première annonce en avait déjà été faite par le Premier ministre lors de la rencontre avec les parties signataires de l’Accord politique le 30 mai dernier.
Le Cabinet du Premier ministre invite toutes les autorités administratives, toutes les organisations politiques, sociales ou professionnelles à ne considérer un document comme authentique que lorsque ledit document leur aura été communiqué par les voies administratives appropriées.
Dans un contexte sécuritaire délétère comme le nôtre, le Cabinet du Premier ministre en appelle à la vigilance de tous dans l’utilisation de l’Internet, outil désormais indispensable, mais ouvert à toutes sortes de manipulation.
Le Cabinet du Premier ministre sait compter sur la compréhension de tous les citoyens et de tous les partenaires.

class="gkFeaturedItemTitle" Lutte contre la pauvreté: mise en place d’un projet agricole inclusif.

  • Catégorie : Actualités
  • Publié le vendredi 14 juin 2019 19:11

Le Premier ministre, Chef du Gouvernement, Dr Boubou Cissé a reçu ce vendredi, une délégation composée du Fonds international de développement agricole (FIDA ) et de l’Ambassade du Royaume de Danemark au Mali conduite par S.E.Mme Marianne Kress, Ambassadrice extraordinaire et plénipotentiaire du Royaume de Danemark au Mali et Jean-Pascal Kabore, chargé de projet Mali et Cap-Vert au Fida.

Les deux personnalités ont informé le Chef du Gouvernement de la mise en place d’un ambitieux projet inclusif agricole constitué d’un fonds de 58 milliards de francs cfa. Ce fonds permettra de renforcer la production agricole dans les régions de Kayes, Sikasso, Ségou, Koulikoro et Mopti en accordant des micro-financements aux producteurs. 

Le Premier ministre a salué cette initiative qui permettra de lutter contre la pauvreté en appuyant les agriculteurs qui n’ont pas accès aux financements classiques.

class="gkFeaturedItemTitle" Les femmes leaders à la Primature

  • Catégorie : Actualités
  • Publié le vendredi 14 juin 2019 19:08

Le Premier ministre, Dr Boubou Cissé a reçu les femmes leaders du Mali ce vendredi à la Primature.

Leaders d’associations, d’ONG, d’associations religieuses, de coopératives, des groupes armées signataires, toutes ont répondu à l’invitation du Premier ministre pour discuter avec lui des problèmes de l’heure.

Elles se sont exprimées d’abord à travers Mme Soumaré Assa Diallo, militante, pionnière du mouvement des femmes et aujourd’hui doyenne. Selon elle, « l’incivisme galopant a détruit toutes les valeurs qui fondent notre société ».

Elle a rappelé les préoccupations majeures des femmes, notamment la refondation du mouvement qui implique l’accompagnement du Gouvernement. Elle a rappelé les contributions historiques majeures que les femmes ont eu à faire dans notre pays.

Enfin, elle a décrié la situation préoccupante des déplacés du Centre à Bamako et dont la majorité sont des femmes et des enfants.

 

Le Premier ministre s’est dit heureux de cette rencontre avec ces femmes qui sont ses mères, ses sœurs, ses épouses. Il a rappelé toute l’importance qu’accorde le Chef de l’Etat, son Excellence Ibrahim Boubacar Keita aux femmes en tant qu’actrices du développement. 

Selon le Dr Boubou Cissé: « la gestion des conflits et la vie politique en générale sont dominés par les hommes dans notre pays. Il faut donner plus de responsabilités aux femmes dans le processus de gestion des conflits et de médiation. Cela se justifie non seulement par le fait numérique (elles représentent près ou plus de la moitié de la population) mais aussi par le fait que ce sont elles qui sont les victimes principales de ces conflits (80% des déplacés/réfugiés sont des femmes et des enfants) ainsi elles sont forcément un élément de la solution ».

 

Il a en outre réaffirmé aux femmes qu’elles occuperont une place centrale dans le dialogue national en cours de préparation et que déjà une éminente femme a été désignée dans le comité d’organisation, en la personne d’Aminata Dramane Traoré, altermondialiste et ancienne ministre.

 

La rencontre a pris fin par un cri de cœur des femmes pour dénoncer la barbarie qui sévit dans le Centre de notre pays.

class="gkFeaturedItemTitle" Coopération Mali-Allemagne: Thomas Silberhorn à la Primature

  • Catégorie : Actualités
  • Publié le jeudi 13 juin 2019 21:47

Le Premier ministre, Chef du Gouvernement, Dr Boubou Cissé a reçu, ce jeudi 13 juin 2019, le Vice ministre allemand de la Défense, Thomas Silberhorn. 

Au menu des échanges entre les deux personnalités, la coopération dans le domaine de la défense.

La République fédérale d’Allemagne participe à la formation des forces armées maliennes à travers la Mission de formation de l'Union européenne au Mali (EUTM) et à la consolidation de la paix en participant à la mission multidimensionnelle intégrée des Nations unies pour la stabilisation au Mali (Minusma). 

De retour de la visite du camp d’entraînement, M. Silberhorn s’est dit impressionné par la motivation des jeunes soldats maliens.

Il a également déclaré être satisfait de la coopération entre nos deux pays notamment dans le domaine de la sécurité.

Le Premier ministre, Dr Boubou Cissé a réaffirmé sa disponibilité ainsi que celle du Gouvernement malien à travailler au renforcement de la Coopération bilatérale Mali - Allemagne.

class="gkFeaturedItemTitle" Des émissaires du Premier ministre à la rencontre des autorités traditionnelles et religieuses pour expliquer l’Accord politique

  • Catégorie : Actualités
  • Publié le jeudi 13 juin 2019 21:36

Une délégation de la Primature conduite par le Chef de Cabinet s’est rendue ce mercredi 12 juin 2019 à Niaréla où l’attendaient dans le grand vestibule autour du patriarche Dramane Niaré, les patriarches des familles Touré et Dravé, le Cardinal Jean Zerbo de l’église catholique, le Pasteur Dr Nouh Ag Infa Yattara de l’AGEMPEM, les représentants du Haut Conseil islamique, de la LIMAMA, de l’UNAFEM, de l’UJMMA, les coordonnateurs des Chefs de quartiers, le Président du Recotrade, de nombreux membres des familles fondatrices et des sept familles « maraboutiques »  de Bamako. Objectif de la rencontre, présentation de l’Accord politique de gouvernance signé le 02 mai 2019 par le Premier ministre, Dr Boubou Cissé et plusieurs partis et regroupements de partis politiques. Mais aussi discussion autour du dialogue politique inclusif en préparation, des réformes institutionnelles et de la prorogation du mandat des députés.

Le Conseiller spécial du Premier ministre, Sidi Mohamed Diawara a avec brio, présenté les différentes thématiques en langue bamanan avant de se plier au feu roulant des questions. Toutes les personnalités présentes ont, soit demandé des éclaircissements sur des points qui leur paraissaient obscurs, soit apporté des contributions qui, à n’en pas douter vont alimenter les prochains débats.

Il est ressorti des échanges que l’Accord politique est un instrument de travail qui permet de fédérer les maliens, au-delà des contingences idéologiques ou partisanes, autour du Mali. Qu’il n’est pas venu pour étouffer l’opposition, mais bien pour créer un espace commun d’expression. L’impératif est donc de se donner la main pour aller de l’avant ensemble. Lutter ensemble contre l’adversité de plus en plus grandissante. Et relever ensemble les défis pluriels.

Le dialogue politique inclusif devrait quant à lui, aux dires de certains s’appeler plutôt dialogue national inclusif, afin d’ouvrir cet espace à tous les maliens, même ceux sans appartenance politique. Le choix des personnalités désignées pour le conduire, à savoir Baba Akhib Haïdara, Médiateur de la République, Ousmane Issoufi Maïga, ancien Premier ministre, Aminata Dramane Traoré, altermondialiste et ancienne ministre, de même que le président de la Commission scientifique, l’Ambassadeur Cheick Sidi Diarra, a été jugé pertinent. Reste maintenant à n’occulter aucun problème, aucun sujet. A n’écarter personne des débats.

L’insécurité demeure cependant aux yeux de nombreuses personnes comme la priorité absolue à régler. Surtout que l’actualité est toujours dominée par le massacre récemment perpétré à Sobane Da en pays dogon, alors que ceux perpétrés peu avant dans la zone, hantent encore les esprits. Entre attaques terroristes ou djihadistes et conflits communautaires, les victimes se font de plus en plus nombreuses tandis que par précaution les survivants prennent la route de l’exil. Faute de protection suffisante de l’Etat.

Pour certains participants, la solution ne doit pas être que militaire. Il faut aujourd’hui engager le dialogue. Même avec les fauteurs de trouble. Les religieux dans cette perspective devraient jouer un rôle de premier plan. Mais pour d’autres, il faut savoir qui est en face de soi pour amorcer le dialogue. Or, nous sommes dans une nébuleuse dont l’objectif semble être la dislocation du tissu social et l’effondrement subséquent de tous les équilibres.

Les réformes institutionnelles annoncées pourraient aider à corriger bien des dispositions aujourd’hui désuètes et adapter notre loi fondamentale aux réalités. Le contexte a en effet changé depuis 2017 et les mentalités semblent désormais prêtes.

Autre sujet largement débattu, la prorogation du mandat des députés pour une deuxième fois. Il est apparu que cette option était la moins dommageable. Elle permet entretemps d’engager le dialogue politique inclusif et de nourrir la réflexion avec les conclusions qui en seront issues.

Belle matinée donc pour les émissaires du Premier ministre qui ont su user de patience et de pédagogie pour désamorcer des frustrations ou apporter la bonne information là où l’intoxication médiatique avait fait son nid. 

La Cellule de Communication et de Relations publiques.

 

class="gkFeaturedItemTitle" Visite du Premier ministre à Sobane Da. Jusqu’au bout de l’horreur.

  • Catégorie : Actualités
  • Publié le mardi 11 juin 2019 17:22


Suite à l’attaque barbare qui a endeuillé le village dogon de Sobane Da dans la nuit du dimanche au lundi, le Premier ministre, Chef du gouvernement, Dr Boubou Cissé s’est rendu ce mardi sur le site pour constater de visu l’horreur de la situation et témoigner aux populations la compassion du Président de la République, Chef de l’Etat SEM Ibrahim Boubacar Keita et du gouvernement. Il était accompagné du ministre de la Défense et des Anciens Combattants, le Général de Division Dahirou Dembélé, de celui de l’Administration territoriale et de la Décentralisation, Boubacar Alpha Bah et du Chef d’Etat- major général de l’Armée, le Général de Division Abdoulaye Coulibaly.

Sur place, la délégation a pu constater l’horreur que les populations de ce petit village ont subie. Des hommes, des femmes et des enfants indistinctement et aveuglement éliminés, des habitations et des greniers éventrés et brûlés, des animaux froidement massacrés. La furie des assaillants a tout emporté. Les survivants hébétés ne comprennent toujours pas comment des hommes, ont pu et en toute conscience, se livrer à de tels actes sur leurs semblables.

Pour le Premier ministre, « c’est une épreuve difficile qui endeuille notre Nation toute entière et même heurte la conscience humaine. Toutes ces victimes de l’horreur et de la barbarie nous rappellent la responsabilité qui nous incombe, en tant que dirigeants, de renforcer et d’accélérer les efforts sécuritaires, économiques et politiques entrepris en faveur de la paix et de la réconciliation ».

La délégation s’est rendue au cimetière du village où elle a prié pour le repos de l’âme des disparus. Toujours sous le coup de l’émotion, le Premier ministre a déclaré aux rescapés : « Puisse l’âme de ces innocentes victimes de la discorde et de la haine reposer en paix. Ceux et celles qui sont partis, froidement et lâchement assassinés, sont nos parents à nous aussi, nos frères, nos sœurs, nos enfants. Votre douleur est la nôtre aussi ».

Avant de prendre congé de ses hôtes, le Premier ministre a, au nom du gouvernement et au sien propre, réitéré ses condoléances aux familles des victimes, à tout le village, à toute la communauté et souhaité un prompt rétablissement aux blessés.

Il a promis que les assassins et leurs commanditaires, où qu’ils soient, seront traqués et poursuivis devant la loi. Il n’a pas occulté la responsabilité des pouvoirs publics, car a-t-il scandé : « chaque malienne et chaque malien que nous n’aurions pas su protéger de l’insécurité est un mort que chaque dirigeant, politique ou ministre du gouvernement, devraient avoir sur sa conscience ».

La Cellule de Communication et Relations publiques

 

class="gkFeaturedItemTitle" Le Premier ministre, Dr Boubou Cissé et sa délégation sont arrivés en fin de matinée à Sobane Da.

  • Catégorie : Actualités
  • Publié le mardi 11 juin 2019 16:57

Le Premier ministre, Dr Boubou Cissé et sa délégation sont arrivés en fin de matinée à Sobane Da.

Sur place, il a constaté les dégâts causés par l’attaque meurtrière lancée par des groupes soupçonnés d’être des terroristes. Il a témoigné aux populations la compassion du Chef de l’Etat SEM le Président Ibrahim Boubacar Keita. Il a par ailleurs, présenté ses condoléances aux familles endeuillées en son nom propre et celui du Gouvernement.

class="gkFeaturedItemTitle" Marche des Chefs de quartiers et de villages de la région de Ségou en soutien à l’Accord politique de Gouvernance

  • Catégorie : Actualités
  • Publié le mardi 11 juin 2019 14:22

Le dimanche 9 Juin restera une date mémorable à Ségou. La coordination des chefs de villages et de quartiers de la région de Ségou a en effet mobilisé 150 chefs venus de tous les cercles de la région pour participer à la tenue d’une rencontre citoyenne d’information sur l’Accord politique de Gouvernance signé le 2 mai et jours suivants par le Premier ministre et un ensemble des partis, regroupements et mouvements politiques. En effet, depuis la signature de l’Accord, les parties signataires se sont engagées à informer l’ensemble des Maliens de son contenu et plus particulièrement des objectifs recherchés, comme la volonté de fédérer les forces politiques du pays autour de la recherche de solutions idoines à la crise qui secoue le pays depuis plusieurs années.

Dans le cadre de cette campagne de communication, une délégation de la Primature s’est rendue ce weekend à Ségou. Outre les collaborateurs du Premier ministre, la délégation comprenait le 1er Vice-Président du Parti pour le Développement économique et social (PDES), le Président du Parti pour le Socialisme et le Renouveau (PSR), le représentant personnel du Président du PARENA et ministre des Affaires étrangères et de la Coopération internationale, ainsi que le Vice-Président du Parti Progressiste Soudanais (PSP).

Avant la rencontre, la délégation est allée à la rencontre de la coordination des Chefs de quartier et de villages de la région au domicile du Coordinateur, par ailleurs Chef du quartier de Médine. Une copie de l’Accord politique a été remise à cette occasion à la Coordination qui a, de manière spontanée, décidé de procéder à une marche symbolique de soutien à l’initiative de l’Accord, mais également pour réitérer son soutien au président de la République et au gouvernement. Les chefs de quartiers et de villages, accompagnés par l’ensemble de la délégation, se sont ensuite rendus à la salle Miérou BA où se tenait la rencontre sous la présidence du Gouverneur de la région et en présence du Maire de la Commune urbaine de Ségou, du PDG de l’Office du Niger, du Président de la Chambre régionale de Commerce et d’Industrieet de toutes les autorités religieuses de la ville.

Une présentation exhaustive a été faite sur les raisons qui ont motivé l’Accord, ses objectifs, son contenu, les actions qui y sont inscrites et désormaisattendues du gouvernement et surtout le dialogue politique qui sera entrepris dans les jours à venir.

La population de Ségou, sortie massivement, a activement animé le débat par les questions pertinentes qu’elle a posées. Elle a particulièrement insisté sur la nécessité de faire l’union sacrée autour de la mère-patrie qu’est le Mali.

 

Cellule de Communication et de Relations publiques

class="gkFeaturedItemTitle" Le Premier ministre, Chef du Gouvernement et certains membres du Gouvernement se rendent à Sobane Da

  • Catégorie : Actualités
  • Publié le mardi 11 juin 2019 08:52

Le Premier ministre, Chef du Gouvernement Dr Boubou Cissé accompagné du Ministre de la Défense et des Anciens Combattants, le Général de Division Dahirou Dembélé, du Ministre de l’Administration Territoriale et de la Décentralisation, M.Boubacar Alpha Bah et du Chef d’Etat Major Général des Armées, le Général de Division Abdoulaye Coulibaly a décollé ce matin de Bamako pour se rendre dans le village de Sobane Da dans la Commune de Sangha, région de Mopti où des hommes armés soupçonnés d’être des terroristes ont lancé un assaut meurtrier contre des populations civiles dans la nuit du 9 au 10 juin 2019.

Sous-catégories

Primature - Tous droits réservés

Top Desktop version