Primature

Switch to desktop Register Login

Gao: le Premier ministre Soumeylou Boubeye Maïga en visite dans la cité des Askia pour évaluer la situation sécuritaire et soutenir la cohésion sociale.

Le Premier ministre, Chef du Gouvernement est arrivé ce dimanche matin à Gao, accompagné des ministres en charge de l’Administration Territoriale et de la Sécurité M. Mohamed Ag Erlaf et le Général de Division Salif Traore.

Dès son arrivée, le Chef de l’administration a présidé au Gouvernorat une conférence des cadres de la région en présence des chefs de service de la région, des notabilités, des chefs traditionnels et religieux, des représentants de la société civile, des jeunes et des femmes, sur la situation sécuritaire.

Dans son mot de bienvenue, le maire de la ville de Gao a la remercié le Premier ministre pour sa visite qui dénote de son intérêt pour la région et ses populations. 
À sa suite, le Président de la société civile de la région a exposé les préoccupations des populations ainsi que leurs attentes au Chef du Gouvernement. Il ressort de son discours que Gao souffre d’une insécurité galopante et de plusieurs maux dont l’arrêt des travaux de réhabilitation des grandes artères, la dégradation de la route reliant la ville de Gao à celle de Sevaré et au traumatisme lié aux tirs d’obus pour des motifs d’entraînement militaire. Il est également revenu sur les dissensions liées au projet de réorganisation administrative

Prenant la parole, le Premier ministre a remercié les populations, au nom du Président de la République, Son Excellence Monsieur Ibrahim Boubacar Keïta,pour la confiance qu’elles lui ont renouvelée à l’occasion de l’élection présidentielle. Il a rendu hommage aux représentants de l’Etat et à tous les agents de développement et a assuré les populations de l’engagement de l’Etat à ramener la paix et la stabilité et à œuvrer pour leur bien-être. 
Dans cet esprit, il a annoncé un renforcement prochain des mesures sécuritaires et des capacités opérationnelles des forces armées et de sécurité en personnel et en moyen. Concrètement il a indiqué que l’Etat va déployer 300 agents des forces de sécurité dans la ville ( 150 policiers et 150 gardes nationaux), ouvrir prochainement un second commissariat de police dans la ville de Gao. Pour lutter contre l’insécurité et le banditisme, SBM a également annoncé l’extension possible à la ville de Gao des mesures de restrictions sur la mobilité des pick-up et des motocycles déjà en vigueur dans le Centre.
Pour ce qui est de l’arrêt de la réhabilitation des grandes artères de la cité, le Chef du Gouvernement a annoncé la reprise dès la semaine prochaine des travaux de la route menant à l’aéroport et du boulevard des Askia.

En outre, le Premier ministre a exhorté les populations à aider les forces armées et de sécurité dans leur mission qui consiste à les protéger.
M.Maïga a lancé un appel à l’ensemble des habitants de la région pour une implication encore plus grande dans la préservation de leur propre sécurité en synergie avec les forces de défense et de sécurité. « La paix et la sécurité, c’est d’abord l’engagement des citoyens » a dit le Chef du Gouvernement qui a invité les populations à s’engager d’avantage auprès de l’Etat et de ses représentants pour le retour de la stabilité, de la paix et de la cohésion sociale. 
En évoquant les incidents qui ont endeuillé la ville au cours du mois de novembre, SBM a exprimé son indignation et son étonnement face à la gravité des actes commis en pleine ville et la facilité de leur modes opératoires sans que cela éveille aucun soupçon ni dénonciation.

Abordant la question de la réorganisation administrative et territoriale, le Chef du Gouvernement a affirmé que ce qu’il s’est passé à Gao est inacceptable, en référence aux concertations régionales. Il a coupé court aux rumeurs et aux intoxications en rappelant aux populations que la réorganisation administrative ne vise ni la création de nouvelles régions, ni la suprématie d’une communauté sur une autre mais plutôt le rapprochement de l’Etat des citoyens et la poursuite de la mise en œuvre de la loi du 2 mars 2012. 
Les circonscriptions administratives n’étant pas synonymes de circonscriptions électorales, SBM a mis en garde contre les manipulateurs et tous ceux qui instrumentalisent la question des reformes institutionnelles pour créer des dissensions et des divisions au sein des populations. Il a invité ces dernières afin que chacun choisisse son camp et à se poser la question « à qui profite la pagaille? ».Pas aux populations ni à l’État dont la vocation est de protéger les citoyens en créant les conditions leur épanouissement a répondu le Premier ministre.

La rencontre a pris fin dans un tonnerre d’applaudissements et sur un air visiblement soulagé des populations qui ont apprécié le langage de clarté et de vérité que leur a tenu l’enfant du terroir.

 

Primature - Tous droits réservés

Top Desktop version