Primature

Switch to desktop Register Login

class="gkFeaturedItemTitle" COMMUNIQUE DU GOUVERNEMENT DU 30 JUILLET 2018

  • Catégorie : Actualités
  • Publié le lundi 30 juillet 2018 14:10

Le Gouvernement de la République du Mali se félicite de la bonne tenue des opérations électorales du 29 juillet 2018 sur l’ensemble du territoire national. 

A la date du 30 juillet 2018 à 12 heures, la situation se présente comme suit :

Le vote n’a pas pu avoir lieu dans 716 bureaux de votes pour diverses raisons, soit 3,11%.

Dans tous les 22 325 autres bureaux, soit 96,89%le vote s’est globalement bien déroulé et dans des conditions satisfaisantes.

Ce bon déroulement, nous le devons à la maturité politique du peuple malien et au sens républicain et hautement patriotiquedes candidats ont mis le Mali audessus de toute considération partisane.

Le gouvernement tient à les féliciter, les remercier et les rassurer qu’il continueraà mener le processus dans l’inclusivité et la plus grande transparence. Le gouvernement félicite aussi lesobservateurs nationaux et internationaux pour leur engagement pour le bon déroulement du scrutin.

Le gouvernement félicite égalementtous les administrateurs civils et les forces défenses et de sécurité maliennes, les mouvements signataires de l’Accord pour la Paix et la Réconciliation ainsi que les forces partenaires pour leur professionnalisme, permettant ainsi le déroulement des opérations de vote dans le calme et la sérénité.

Le Premier ministre invite tous les acteurs politiques et l’ensemble des citoyens àrester sereins et calmes pour conserver,voire renforcer le climat de paix et de convivialité qui jusque-là a caractérisé le processus électoral en cours ; pour que notre pays et sa jeune démocratie relèvent ce défi et en sortent ainsi grandis et plus forts que jamais.

Bamako, le 30 juillet 2018.

 

class="gkFeaturedItemTitle" NOTE D’INFORMATION DU 28 JUILLET 2018

  • Catégorie : Actualités
  • Publié le dimanche 29 juillet 2018 10:50

Le Premier ministre, Chef du Gouvernement, Monsieur Soumeylou Boubèye MAIGA a reçu, le samedi 28 juillet 2018 à la Primature, des candidats à l’élection présidentielle et des mandataires de candidats, en présence du Représentant spécial du Secrétaire général des Nations unies au Mali et des Chefs des missions d’observation électorale des organisations suivantes : CEDEAO, Union Africaine, Union Européenne, Organisation Internationale de la Francophonie.

La rencontre avait pour but de trouver des réponses consensuelles aux récentes préoccupations soulevées par la classe politique dans le cadre de l’organisation de l’élection présidentielle de 2018.

A l’issue d’échanges empreints de franchise et de courtoisie, la rencontre a abouti aux conclusions ci-après :

1.Le fichier électoral audité en avril 2018 par le comité d’audit comprenant des experts nationaux et internationaux est bien le fichier sur la base duquel tous les documents relatifs à l’élection présidentielle du 29 juillet ont été confectionnés, notamment les extraits de listes électorales et les cartes d’électeurs biométriques. C’est bien ce fichier qui a été mis en ligne à partir du 4 juillet 2018 ;

2.L’annulation de l’Instruction N° 2018-000665/MATD-SG du 26 juillet 2018 relative au vote par procuration et le retour auxdispositions de la Loiélectorale en vigueur ;

3.L’accès illimité des observateurs nationaux et internationaux à toutes les phases des opérations de vote et de centralisation des résultats ;

4.La présentation de la matrice de saisie des résultats de l’élection présidentielles aux candidats et/ou à leurs mandataires afin de s’assurer de sa conformité avec la configuration des centres et bureaux de vote ;

5.L’engagement du Gouvernement à prendre toutes les dispositions nécessaires pour le déroulement normal du scrutin sur l’ensemble du territoire national. Toute circonstance pouvant affecter la tenue de l’élection dans une partie du territoire sera appréciée par les instances compétentes.

Au terme de la réunion, les Chefs des missionsobservation électorale ont salué la disponibilité ainsi que l’esprit d’écoute et de conciliation dont le Premier ministre et les participants ont fait montre.

Le Premier ministre a salué les partenaires de la communauté internationale pour leur facilitation, ainsi que les candidats à l’élection présidentielle pour leur esprit de consensus. Il a réitéré la volonté du gouvernement d’organiser des  élections transparentes et crédibles en vue de parvenir à des résultats acceptables pour tous.

Bamako, le 28 juillet 2018.

 

class="gkFeaturedItemTitle" DECLARATION À LA PRESSE DU PREMIER MINISTRE SOUMEYLOU BOUBEYE MAIGA.

  • Catégorie : Actualités
  • Publié le lundi 23 juillet 2018 11:57

J’ai tenu, ce matin, une réunion avec certainsmembres du Gouvernement et des services techniques pour faire le point sur les préparatifs des élections, pour analyser les différentes déclarations et prises de position que nous avons enregistrées au cours de ces deux derniers jours.

Je voudrais dire sans aucune équivoque qu’il n’y a qu’un seul fichier électoral, celui qui a été audité en fin avril et sur la base duquel les listes électorales et les cartes d’électeurs ont été imprimées. C’est aussi ce fichier qui a été mis sur internet. J’invite les électeurs à consulter dès aujourd’hui les listes électorales qui sont maintenant affichées dans les bureaux de vote. Tout le monde pourra constater qu’il n’y pas d’électeursfictifs.

Je doisaussi rappeler que les cartes sont distribuées par les représentants des partis politiques. Àce jour, aucun parti n’a pu nous souligner l’existence de cartes qui seraient faites au nom de personnes fictives, ou de cartes sans photos. Pour lever toutes les autres équivoques qui pourraient êtreentretenues, demain 24 juillet le Ministre de l’Administration territoriale et de la Décentralisation rencontrera  dans le cadre de concertation établie à cette fin, les candidatsou leurs représentants, ainsi que les représentants de la communauté internationale. Au cours de cette rencontre, je lui ai demandé d’inviter les candidats qui contestent à s’accorder sur deux personnes de leur confiance que nous pourrions envoyer auprès de l’Imprimerie nationale de France qui détient  encore le ficher audité dans ses coffres, pour consulter ce fichier et leconfronter avec le fichier que nous avons mis en ligne sur le site internet de la Délégation Générale aux Elections (DGE). 

De la même manière, pour lever toutes sortes d’équivoques, nous allons ouvrir à l’observation de toutes les phases de l’élection, y compris à la centralisation, à la participation de toutes les organisations internationales, c’est-à-dire l’Union Africaine, l’Union Européenne, la MINUSMA, la CEDEAO et l’Organisation internationale de la Francophonie (OIF). Leurs observateurs pourront assister en même temps que les représentants descandidats à la centralisationdes résultats. 

C’est dire que nous n’avons absolument rien à cacher dans ce processus, parce que les Maliens ont droit à un processus électoral sans tâche, et nous  nous sommes efforcésdepuis plusieurs mois de faire en sorte que toutes les initiatives qui peuvent contribuer à la transparence des opérations électorales soient prisesen compte. 

Naturellement, nous n’allons pas nous laisser entrainer dans une spirale de surenchèresinfinies.Je puis vous assurer que nous partirons aux élections bel et bien le 29 juillet. Cela est une certitude, et je n’ai pas de doute là-dessus. Nous travaillons dans ce sens-là ; et c’est dans ce sens que nous avons travaillé avec l’ensemble des acteurs. Et naturellement chacun peut avoir son opinion, son jugement, son agenda. Le nôtre c’est d’organiser les élections le 29 juillet dans desconditions de transparence qui ne pourraient pas être mises en cause de bonne foi.

Bamako, le 23 juillet 2018.

Cellule Communication de la Primature.

class="gkFeaturedItemTitle" COMMUNIQUÉ DU 20 JUILLET 2018

  • Catégorie : Actualités
  • Publié le vendredi 20 juillet 2018 17:10

M. Soumeylou Boubèye Maïga, Premier ministre, Chef du Gouvernement, a reçu ce vendredi 20 Juillet à la Primature M. Tiéblé Dramé, Directeur de campagne du candidat Soumaila Cissé, accompagné d’une délégation.

La délégation a fait part d’un certain nombre de constats, d’observations et d’inquiétudes sur le fichier électoral en ligne. A la suite des réponses apportées par les techniciens de la Délégation Générale aux Elections (DGE), du ministère en charge de l’administration territoriale et de l’Agence des Technologies de l’Information et de la Communication (AGETIC), le Premier ministre a instruit les mesures suivantes :

1. La transmission à tous les candidats à l’élection présidentielle du 29 juillet 2018 des documents relatifs à la remise du fichier audité à l’imprimerie nationale de France, au bon de commande et à la livraison des cartes d’électeurs biométriques ;

2. La création dès ce jour d’un cadre de concertation autour de l’AGETIC et la DGE avec les experts nationaux ayant participé à l’audit du fichier électoral et les experts de tous les candidats à l’élection présidentielle qui le souhaitent ;

3. La communication à tous les candidats à l’élection présidentielle du point de situation sur la présence des Préfets et Sous-préfets dans l’ensemble des circonscriptions administratives du pays.

Le Premier ministre a remercié M. Tiéblé Dramé et sa délégation pour leur démarche d’information, leur a renouvelé sa constante disponibilité au dialogue et à toute initiative destinée à renforcer la confiance dans le processus électoral, et a réitéré son profond attachement au respect des textes régissant l’organisation des élections au Mali.

Dans le même esprit, le Premier ministre invite tous les électeurs qui n’ont pas encore retiré leurs cartes d’électeur, à mettre à profit les journées citoyennes décrétées les 20 et 23 Juillet pour le faire et à sortir massivement exercer leur droit le 29 Juillet.

Bamako le 20/07/18.

 

class="gkFeaturedItemTitle" Recherche médicale à travers le Programme DELGEME

  • Catégorie : Actualités
  • Publié le jeudi 19 juillet 2018 16:23

LE PREMIER MINISTRE IMMORTALISE LA MÉMOIRE DU PR OGOBARA DOUMBO

L’amphithéâtre de l’Ecole de Médecine et de Pharmacie de Bamako a abrité le 19 juillet 2018 la réunion à mi-parcours de DELGEME, acronyme anglais signifiant « Programme de formation des ressources humaines africaines spécialisées dans les domaines de la Génétique et de la bio-informatique pour l’élimination du paludisme en Afrique sub-saharienne ». La cérémonie d’ouverture de la réunion était placée sous la présidence du Premier ministre, Chef du Gouvernement, M. SoumeylouBoubèye MAIGA, entouré du Ministre de l’Enseignement supérieur et de la recherche scientifique, Pr AssétouFouné SAMAKE-MIGAN, et du Directeur de DELGEME, le professeur Abdoulaye DJIMDE.

DELGEME est un programme de formation des étudiants en Master, PhD et Post-doctorat provenant de 15 pays africains dont le siège se trouve auCentre de recherche et de formation sur le paludisme de Bamako (MRTC). Le Programme sponsorise 90 jeunes scientifiques africains. Lancée en août 2016, le programme DELGEME est soutenu par DELTAS Afrique Initiative, le NEPAD (Agence de planification et de coordination du développement du nouveau partenariat pour le développement de l’Afrique) et le Gouvernement britannique. Sa Coordination est assurée par l’Université des techniques et technologies scientifiques de Bamako (USTTB).

Pour le Directeur de DELGEME, M. Abdoulaye DJIMDE, le paludisme est devenu un problème de santé majeur touchant 40% de la population mondiale, notamment en Afrique. Dès lors, son élimination nécessite des outils plus innovants et des médicaments efficaces. DELGEME s’attèle à améliorer la formation et la recherche en génétique,génomique, bio-informatique, biostatistique, sciences des données et sur les questions  d’éthiques. M. DJIMDE a affirmé que DELGEME dispose de trois centres d’excellence en Afrique, à savoir au Kenya, en Gambie et au Mali.

A la fin de la cérémonie d’ouverture, le Premier ministre a coupé le ruban symbolique du bâtiment flambant neuf servant de siège à DELGEME et baptisé du nom de professeur Ogobara DOUMBO, chercheur malien de renom,spécialiste du paludisme,  décédé le 9 juin 2018. L’infrastructure inaugurée est dotée de serveurs de dernières génération, de laboratoires de recherche et de salle de formation.

La Ministre de l’enseignement supérieur et de la recherche scientifique a salué l’Excellencepoursuivi par le Programme DELGEME et portée par feu le professeur DOUMBO. De même, le choix du Mali pour abriter le programme confirme le statut de leader de notre pays dans le champ de la recherche biomédicale en Afrique.

Toute chose que le gouvernement est déterminé à consolider en accordant plus d’attention à la recherche,  a indiqué SoumeylouBoubèye MAIGA qui a annoncé par la même vaine la réhabilitation du SAVOIR dans notre pays à travers la convocation prochaine d’un forum sur la connaissance et l’innovation. Toutes les grandes nations se sont développées grâce au savoir. Notre pays investira davantage pour faire émerger une masse critique de chercheurs dans tous les domaines pour le progrès économique et le bien-être social, a conclu le Premier ministre.

 

 

 

class="gkFeaturedItemTitle" RETRAIT DES CARTES D’ELECTEURS.

  • Catégorie : Actualités
  • Publié le lundi 16 juillet 2018 11:24

A 15 JOURS DU SCRUTIN DU 29 JUILLET, 51,54% DES ÉLECTEURS MALIENS ONT ENLEVÉ LEURS CARTES BIOMÉTRIQUES

 

Débuté le 20 juin 2018, le retrait des cartes d’électeurs se poursuit normalement sur l’ensemble du territoire national et dans les Missions diplomatiques et consulaires du Mali à l’étranger. Après 23 jours, on peut affirmer sans risque de se tromper que le processus a atteint sa vitesse de croisière.  Selon des statistiques officielles émanant du Ministère de l’Administration territoriale, 4 millions 123 mille 713 cartes ont été retirées à la date du 13 juillet, ce qui représente 51,54% des cartes biométriques. Le nombre de cartes d’électeurs biométriques restant à distribuer est de 3 millions 876 mille 749. Le nombre d’électeurs inscrits est de 8 millions 462 mille.

Un taux de retrait plus élevé que le taux de participation de 2013

Si l’ensemble des électeurs qui en trois semaines de distribution ont déjà retiré leurs cartes se déplacent le 29 juillet pour déposer leurs bulletins dans les urnes, notre pays battra le record de participation de la dernière élection présidentielle de 2013 où le taux était de 48,98% au premier tour.

A deux semaines du scrutin du 29 juillet 2018, notre pays peut donc espérer atteindre un record de participation inégalé, tant lacadence est bonne et le rythme de retrait se révèle soutenu, après des débuts pour le moins laborieux.

En examinant le pourcentage brut de retrait au niveau national, les chiffres détaillés par région donnent une claire indication de l‘engouement des citoyens. Dans ce registre, la palme d’or revient à la région de Sikasso avec 65,88%, soit 865 199 cartes retirées. La région de Ségou arrive en seconde position avec un taux de retrait 64,98%, soit 759 901cartes retirées. 

Les autres régions affichent dans l’ordre de performanceles pourcentages suivants : Tombouctou (60, 18%) ; Gao (55,14%) ; Koulikoro (52,59%) ; Kidal (51,93) ; Kayes (47,48%) ; Mopti (46,19%) ; Bamako (37,97%).

Le taux de  retrait dans les ambassades et Consulats du Mali s’élève à 19, 72 %.

 

class="gkFeaturedItemTitle" LE PREMIER MINISTRE SOUMEYLOU BOUBÈYE MAÏGA A RENCONTRÉ, LE VENDREDI 13 JUILLET, LES RESSORTISSANTS DE LA RÉGION DE MOPTI :

  • Catégorie : Actualités
  • Publié le vendredi 13 juillet 2018 14:08

LA SITUATION SÉCURITAIRE AU CENTRE DES DÉBATS

 

Le Premier ministre Soumeylou Boubèye Maïga a rencontré, le vendredi 13 juillet 2018, à la Primature la délégation des ressortissants de la région de Mopti conduite par l’ancien ministre Adama Samassékou. La délégation était composée de deux associations : la Coordination des associations des ressortissants de Mopti (CAREM) et la plate forme « Sauvons la région de Mopti ». 

Les ressortissants de la 5ème région administrative du Mali étaient venus exprimer au Premier ministre, Chef du Gouvernement, de vives voix, leurs préoccupations face à la dégradation de la situation sécuritaire dans la zone. Et aussi partager avec le Premier ministre leur proposition pour le retour de la paix dans la région. Parmi ces propositions, l’organisation d’un forum de 3 à 4 semaines intitulé « dialogue local pour la paix ». Ce forum a pour but, selon le Président de CAREM, Adama Samassékou, de contribuer à la stabilisation de la paix, au vivre ensemble à travers des séries de dialogue inter villages, inter communal et inter cercles.  Mais auparavant, les ressortissants de la région de Mopti ont formulé deux fortes recommandations relatives au désarmement immédiat de toutes les milices et leur dissolution. Aussi se sont ils prononcés sur la mesure relative à l’interdiction de circulation des motos qui n’est pas sans conséquences sur les activités économiques dans la zone. 

En réponse, Soumeylou Boubèye Maïga a d’abord salué cette « démarche constructive » des ressortissants de la région de Mopti qui participe des initiatives pour le retour de la stabilité et de la paix. Ce qui est une préoccupation majeure du Gouvernement. Ensuite le Premier ministre a établi un diagnostic sans complaisance de la situation sécuritaire tant au Nord, qu’au centre du pays. Selon le Chef du Gouvernement, il n’existe pas de conflit entre les communautés du Centre qui ont toujours vécu en harmonie et coexistence pacifique.  Il a entretenu ses interlocuteurs sur les actions menées par le Gouvernement dans le Centre (interdiction de port d’arme, désarmement des milices, mesures de restriction à la mobilité, ouverture d’espaces de dialogue politique etc.) pour stabiliser la région et créer un environnement propice à la paix et la quiétude. Il s’est dit ouvert aux propositions de solution venant des communautés de base dont il a sollicité la coopération avec l’Etat car, a-t-il ajouté, le problème ce n’est pas l’Etat, mais les groupes terroristes qu’il combat. Avant de terminer le Premier ministre a invité tous les Maliens en général et les ressortissants de la région de Mopti en particulier à éviter la stigmatisation et l’instrumentalisation qui ne servent que les intérêts des ennemis de la paix et de la cohésion sociale. L’Etat ne sous-traite pas la sécurité et son action est exclusivement dirigée contre les groupes terroristes. Dans cette optique, SBM a indiqué qu’il est important de préserver la crédibilité des opérations en cours, le moral des troupes et la sécurité des citoyens qui doivent défendre leurs territoires et ne jamais s’enfermer dans le repli identitaire. 

Bamako, le 13 juillet 2018

CIGMA - CCOM

 

class="gkFeaturedItemTitle" COMMUNIQUE DU GOUVERNEMENT DU 13 juillet 2018.

  • Catégorie : Actualités
  • Publié le vendredi 13 juillet 2018 13:40

Le Gouvernement du Mali informe l’opinion publique nationale et internationale que des individus mal intentionnés font circuler depuis quelques jours sur les réseaux sociaux une vidéo sanglante tendant injustement à mettre en cause les Forces Armées Maliennes (FAMAs) dans une supposée exécution sommaire de membres d’une communauté au Centre du pays.

Le Gouvernement du Mali rappelle qu’il s’agit de la même vidéo qui fait débat dans un pays d’Afrique centrale, attribuant des allégations d’exactions à son armée régulière.

Cette manœuvre grotesque et éhontée de désinformation visant à salir notre pays et l’image de l’institution militaire renforce la thèse de la manipulation ourdie par les ennemis de la paix et de la cohésion nationale.

Le Gouvernement du Mali rassure l’opinion publique nationale et internationale de sa ferme détermination à poursuivre les opérations de sécurisation du territoire national, des personnes et de leurs biens dans le strict respect des droits de l’homme et du droit international humanitaire.

Bamako, le 13 juillet 2018.

class="gkFeaturedItemTitle" Point des préparatifs de l’élection du Président de la République du 29 juillet 2018 au Mali.

  • Catégorie : Actualités
  • Publié le mardi 10 juillet 2018 17:37

L’OIF ET LA MISSION D’OBSERVATION ELECTORALE DE L’UE BRIEFEES PAR LE GOUVERNEMENT.

Le ministre de la Défense et des Anciens Combattants, Tiénan Coulibaly assurant l’intérim du Premier ministre Soumeylou Boubèye Maïga a successivement reçu en audience, le mardi 10 juillet 2018, dans la salle de conférence de la Primature Monsieur Hervé LADSOUS, Conseiller spécial de la Secrétaire générale de l’Organisation Internationale de la Francophonie (OIF) et Madame Cécile KYENGE chef de la Mission d’observation électorale de l’union européenne 2018 pour le Mali. 

Le ministre de la Défense était entouré de ses collègues de l’Administration Territoriale et de la Décentralisation, Mohamed Ag Erlaf et le ministre de la Sécurité et de la Protection civile, le Général de Division Salif Traoré et les membres du cabinet du Premier ministre et des affaires étrangères et de la coopération internationale et du délégué général aux élections, Général Siaka Sangaré. 

Les délégations de l’OIF et de la mission d’observation électorale de l’union européenne 2018 pour le Mali étaient venues s’enquérir de l’évolution des préparatifs de l’élection présidentielle du 29 juillet. Cela, tant sur le plan technique que sur le plan sécuritaire. 

Les principales préoccupations soulevées par les deux organisations sont relatives à la distribution des cartes d’électeur, les gages de la transparence du scrutin et la sécurisation de l’élection. 

Sur les deux premiers points, le ministre de l’Administration Territoriale et de la Décentralisation, Mohamed Ag Erlaf leur donné toutes les informations utiles et nécessaires. Il a révélé, à cet effet, que le niveau global de retrait des cartes d’électeurs à la date du 10 juillet 2018 s’élevait à 35,56%. Ainsi à Kayes, c’est 34,19%, Koulikoro 26,86%, Sikasso 47,56%, Ségou 53,89%, Mopti 23,69%, Tombouctou 41,26%, Gao 39,51M, Kidal 12,41%, Bamako 33,28% et à l’étranger 6,10%.

Le dialogue et les échanges à travers le cadre de concertation avec les partis politiques ont dominé tout le long du processus et vont se poursuivre jusqu’au dernier jeudi précédent le jour du scrutin, a rassuré le ministre Ag Erlaf. Et il a ajouté que, de l’élaboration de la loi électorale à la confection des cartes d’électeurs et bulletins de vote en passant par l’audit du fichier électoral, tous les acteurs du processus ont été associés de bout en bout. Ce sont là des quelques gages de transparence et d’inclusivité du scrutin. Enfin le ministre en charge des élections a rassuré les partenaires de l’OIF et de l’Union Européenne que le Gouvernement mettra tout en œuvre pour minimiser le contentieux post électoral, une préoccupation soulevée par les partenaires. 

L’autre préoccupation non moins importante est l’éducation civique électorale des citoyens. Sur la question, le ministre a évoqué la mise à contribution des organisations de la société civile, avec l’appui des partenaires.  

Sur le plan sécuritaire, le Général Salif Traoré a étayé le plan de sécurisation élaboré pour les élections et la mise en place de la commission nationale de sécurisation des élections et les commissions régionale et locale. Le Gouvernement compte mobiliser 24 000 éléments des forces de sécurité et de défense. S’y ajoutent les éléments que vont fournir la MINUSMA et Barkhane, ce qui portera potentiellement l’effectif total d’éléments déployés sur le terrain à 30 000 hommes. Concernant les candidats, il est fourni à chacun une garde rapprochée. Dans des zones difficiles, à la demande, des escortes peuvent être offertes aux candidats qui en manifesteraient l’intérêt. 

Pour l’acheminement des procès verbaux, un dispositif sécuritaire robuste va être déployé pour les zones à risque, a rassuré le ministre en charge de la sécurité. 

Visiblement « très réconforté » par toutes ces informations, le Conseiller spécial de la Secrétaire générale de l’Organisation Internationale de la Francophonie (OIF) et ancien Chef du Département des Opérations de maintien de la Paix des Nations Unies, monsieur Hervé LADSOUS a déclaré que le Mali peut compter sur l’OIF qui sera à ses côtés pour l’accompagner dans la mise en œuvre du processus électoral qu’il souhaite transparent, crédible, inclusif et moins contesté. 

 

CIGMA - CCOM

 

class="gkFeaturedItemTitle" REFORME DU SECTEUR DE LA SECURITE AU MALI

  • Catégorie : Actualités
  • Publié le dimanche 8 juillet 2018 17:44

LE DOCUMENT DE STRATÉGIE NATIONALE VALIDÉ PAR LE CNRSS

Le Premier ministre, Chef du Gouvernement, Monsieur SoumeylouBoubèye MAIGA a présidé le 6 juillet 2018 la réunion inaugurale du Conseil national pour la réforme du secteur de la sécurité (CNRSS). Cette instance qui se réunit chaque semestre a, au terme de ses travaux dans les locaux de la Primature, adopté le Document de Stratégie nationale de réforme de la sécurité.

Initiée en 2013 sur instruction du Président de la République, Son Excellence Ibrahim Boubacar KEITA, la réflexion globale confiée au Commissariat sur la réforme du secteur de la sécurité est désormais entrée dans sa phase opérationnelle.

Le document de stratégie  nationale est articulé autour d’une vision nationale du secteur de la sécurité, décliné en objectifs stratégiques et assorti d’un plan d’action.

Cellule Communication Primature.

 

class="gkFeaturedItemTitle" FIN DE LA GREVE DES ADMINISTRATEURS CIVILS

  • Catégorie : Actualités
  • Publié le mardi 3 juillet 2018 20:05

LE GOUVERNEMENT SIGNE UN PROTOCOLE D’ACCORD AVEC LES SYNDICATS METTANT FIN A LEUR MOUVEMENT DE GREVE

 

La grève des administrateurs civils a connu un heureux dénouement ce mardi 3 juillet 2018, en fin d’après-midi, grâce à l’implication personnelle du Premier ministre Soumeylou  Boubèye MAIGA.  Réunis à la Primature aux environs de 18 heures pour un ultime round de négociation, le Syndicat des Administrateurs civils (SYNAC), le Syndicat libre des travailleurs du Ministère de l’Administration territoriale (SYLMAT) et le Gouvernement, représenté par le Ministre de l’Administration territoriale, M. Mohamed AG ERLAF, ont signé sous les regards du Chef du Gouvernement, un protocole d’accord qui met fin à la cessation de travail observée depuis le 25 juin 2018 par les personnels du commandement territorial.

Le texte du protocole d’accord stipule que le SYNAC et le SYLMAT acceptent l’offre du gouvernement d’une grille salariale commençant à l’indice 460 et finissant à l’indice 1210.

Cette grille sera annexée à la loi portant statut du corps préfectoral dont le projet a été approuvé par le Gouvernement le 2 mai 2018, et qui sera adopté par Ordonnance avant la fin de l’année.

Le protocole d’accord précise que la transposition dans la nouvelle grille se fera de classe à grade.

En outre, le SYNAC et le SYLMAT, au terme de l’accord signé, acceptent que les primes et indemnités à allouer aux membres du corps préfectoral soient négociées ultérieurement.

L’accord ainsi approuvé par le gouvernement et les deux syndicats produira ses effets à partir de janvier 2019.

Dès la signature de l’accord, les syndicalistes par la voix de leurs signataires MM. Ousmane Christian DIARRA et Olivier TRAORE, ont appelé leurs militants à lever le mot d’ordre de grève et à reprendre le travail le mercredi 4 juin 2018 à 7H 30 précises.  Ils ont en outre indiqué que leurs syndicats respectifs, soucieux de la préservation des intérêts supérieurs de la nation malienne et amplement satisfaits par les concessions faites par le gouvernement, ont décidé de reprendre le travail afin que le processus électoral poursuive son cours normal. Les responsables syndicaux ont donné l’assurance que des mesures appropriées seront prises de manière à ce que les jours de grève observés n’affectent en rien le calendrier électoral.

Enfin, les syndicalistes ont salué l’écoute dont a fait montre le gouvernement, ainsi que l’implication personnelle du Premier ministre, qui furent déterminantes dans le dénouement de la crise.

Il convient de rappeler le Premier ministre Soumeylou Boubèye MAIGA avait décidé le 28 juin dernier d’écourter sa visite de travail en Europe (Paris, Bruxelles, La Haye) pour regagner le bercail et s’investir de près dans la résolution du conflit social afin d’en limiter l’impact sur le processus électoral. Dès son retour et  après deux rencontres de conciliation avec les syndicalistes, le Premier ministre et son gouvernement sont parvenus à un accord qui satisfassent pleinement les administrateurs civils.

Cellule Communication de la Primature.

 

class="gkFeaturedItemTitle" Visite de travail du Premier ministre Soumeylou Boubèye MAIGA en Europe

  • Catégorie : Actualités
  • Publié le mardi 3 juillet 2018 18:07

VISION PARTAGÉE SUR FOND D’INTÉRÊTS CONVERGENTS

 

Du 26 au 28 juin 2018, le Premier ministre, Chef du Gouvernement, Monsieur Soumeylou Boubèye MAIGA (SBM) a effectué une visite de travail à Paris, à l’invitation de son homologue français, Monsieur Edouard PHILLIPE. SBM s’est également rendu à Bruxelles où il a été reçu par Madame Federica MOGHERINI, la Cheffe de la diplomatie européenne. A chacune des étapes, le message du Premier ministre n’a pas variée : toutes les mesures techniques ont été réunies par le gouvernement pour la tenue des élections du 29 juillet dans un         environnement en stabilisation progressive.

 

Matignon : Tête à tête et déjeuner élargi avec M. Edouard PHILLIPPE : 

Après des rencontres bilatérales tôt le matin avec la ministre française des Armées, Mme Florence PARLY et M Jean-Baptiste Lemoyne, Secrétaire d’Etat auprès du Ministre des Affaires étrangère, Monsieur Soumeylou Boubèye Maiga, a été reçu, le 26 juin  à 13 heures, par son homologue français, Monsieur Édouard PHILLIPPE.

Les deux personnalités ont évoqué la coopération entre le Mali et la France, les question régionales dans le cadre du G5 Sahel, et ont dégagé une convergence de vue sur toutes les questions abordées. Le Premier ministre malien a entretenu dans le détail M. Edouard PHILLIPPE des sujets liés à la préparation du processus électoral au Mali, la situation sécuritaire dans le Centre et le Nord, l’état de mise en œuvre de l’Accord pour la paix et la réconciliation au Mali ainsi que les questions de développement dans le cadre de l’Alliance pour le Sahel. Le partenaire français a apprécié la démarche du premier ministre malien qui s’inscrit dans le cadre des échanges de visite de haut niveau et du renforcement du dialogue politique entre les deux pays. 

L’entretien bilatéral entre les deux Premier ministres a été suivi d’un déjeuner à l’Hôtel Matignon, en présence de plusieurs ministres maliens et français.

 

Bruxelles : Plaidoyer au Parlement et à la Commission européenne

Le Premier ministre Soumeylou Boubèye Maiga s'est rendu le jeudi 28 juin 2018 à la Commission de l'Union Européenne (UE), à Bruxelles où il a été reçu par la Haute Représentante, Vice-présidente de la Commission (HRVP), Madame Federica MOGHERINI. Premier partenaire multilatéral du Mali, l'Union Européenne entretient avec notre pays une coopération stratégique et multiforme.

Le Premier ministre a exprimé à son hôte l'appréciation positive du gouvernement quant à sa coopération avec l'UE avant de l'entretenir des questions liées au processus électoral, la mise en œuvre de l'accord pour la paix et la réconciliation nationale, la lutte contre le terrorisme et l'insécurité, notamment dans le Centre du pays, la lutte contre les réseaux de trafic de migrants.

Sur fond d'identité de vues, Mme MOGHERINI a exprimé au Chef du Gouvernement l'engagement de l'UE à rester aux côtés du Mali, sa détermination à poursuivre les efforts de stabilisation et à l'appuyer dans le cadre du processus électoral de 2018.

Au lendemain de cette visite, Mme FEDERICA MOGHERINI a rendu public la nomination de Madame Cécile Keyenge, eurodéputée italienne d’origine congolaise et membre de l’Assemblée parlementaire paritaire AC-UE pour diriger la mission d’observation électorale de l’UE au Mali.

Avant la Commission européenne, le Premier ministre Soumeylou Boubèye MAIGA s’était rendu au Parlement européen où il a rencontré l’eurodéputé Louis Michel, président de l’Assemblée parlementaire Afrique-Caraïbes-Pacifique/Union Européenne (ACP-UE). M. Michel qui fut également ministre belge et Commissaire européen est un grand ami du Mali et une voix écoutée et respectée au Parlement européen. Il avait dirigé en 2013 la mission d’observation électorale de l’UE au Mali.

 

Diplomatie économique : Le Premier ministre en VRP au MEDEF

Le Premier ministre Soumeylou Boubèye Maiga a présidé, le 27 juin 2018 une réunion du Comité Afrique du MEDEF (Mouvement des entreprises de France ), dans les locaux du patronat français, au 55 Avenue Bosquet, en présence de MM. Michel ROUSSIN et de Philippe GAUTIER, respectivement Vice-président et Directeur général de MEDEF International.

Le Chef du Gouvernement, accompagné d'une vingtaine de capitaines d'industrie du Mali ,membres du Conseil National du Patronat du Mali, est allé à la rencontre des patrons français, en véritable VRP (voyageur, représentant et placier), pour plaider la cause de la destination Mali. 

Dans un brillant exposé de près d’une demi-heure, Soumeylou Boubèye MAIGA a exposé sa vision du développement des investissements au Mali devant cinquante-cinq chefs d'entreprise français. Il a vanté les avantages offerts par le climat des affaires au Mali ainsi que le dynamisme et la résilience de l’économie malienne, classée troisième économie de l’espace UEMOA et la sixième de la zone CEDEAO. Outre son cheptel, le premier de la zone UEMOA, le Mali présente un fort potentiel agricole (coton, fruits et légumes) et minier.

Le Chef du gouvernement a exposé les potentialités du Mali adossée à une vision de l'avenir, axée sur la restructuration des entreprises, l'amélioration de la gouvernance et du climat des affaires. Le Premier ministre a dit devant les patrons français que le gouvernement qu'il dirige projette l'image d'un Mali en confiance, d'un État en capacité de relever les défis, à exploiter judicieusement son potentiel et à construire avec la France un partenariat durable. Ce partenariat futur qui devra refonde et renouveler la coopération franco-malienne, sera décliné en accord-cadre avec des déclinaisons cyclique, a conclu M. Soumeylou Boubèye MAIGA.

Un débat thématique intitulé "Le Pari du Mali" a suivi la projection de film sur le Mali. Les échanges ont porté sur le développement du numérique, des infrastructures, des énergies renouvelable et le développement des compétences. 

"Nous sommes engagés à faire le pari du Mali grâce à la vision claire du partenariat public-privé (PPP) porté par le gouvernement" ont indiqué en cœur plusieurs chefs d'entreprises français qui ont salué la bonne tenue de l’économie malienne malgré les vulnérabilités et les menaces à la stabilité.

 

 

class="gkFeaturedItemTitle" VISITE DE TRAVAIL DU PREMIER MINISTRE SOUMEYLOU BOUBÈYE MAÏGA EN FRANCE

  • Catégorie : Actualités
  • Publié le mardi 26 juin 2018 12:22

LE PREMIER MINISTRE SOUMEYLOU BOUBÈYE MAÏGA REÇU, CE MARDI 26 JUIN, PAR SON HOMOLOGUE FRANÇAIS EDOUARD PHILLIPPE

Le Premier ministre Soumeylou Boubèye Maiga a entamé hier un périple en Europe pour solliciter l’accompagnement des pays amis du Mali au processus électoral engagé par notre pays, ainsi qu’aux autres domaines d’intérêt commun. Ainsi la visite a débuté ce mardi 26 juin par la France, où le Chef du Gouvernement a été reçu par son homologue Français, Edouard Philipe. C’était à l’hôtel de Matignon. Les deux personnalités ont échangé sur les préparatifs de l’élection du Président de la République prévue le 29 juillet 2018, la question sécuritaire au Centre et au Nord du Mali, la mise en œuvre de l’Accord pour la paix et la réconciliation au Mali issu du processus d’Alger et les questions liées au développement dans le cadre de l’Alliance sur le Sahel. Sur chacun de ces points, le Premier ministre malien a suffisamment entretenu son homologue français. Sur l’organisation de l’élection présidentielle, Soumeylou Boubèye Maïga a fait un point détaillé sur l’organisation technique et matérielle du scrutin. De l’audit du fichier électoral par l’Organisation Internationale de la Francophonie (OIF), à la relecture de la loi électorale, en passant par la confection de cartes d’électeurs biométriques par l’imprimerie nationale de France et la revitalisation du dialogue politique national sur le processus, tout a été passé au peigne fin par Soumeylou Boubèye Maïga. Le chef du Gouvernement a, à cet effet, rassuré le Premier Français des actions entreprises par son Gouvernement pour renforcer la confiance avec la classe politique à ce processus. 

Il faut noter que l’entretien entre les Premiers ministres Malien et Français s’est poursuivi autour d’un déjeuner offert par Edouard Philippe à son hôte. L’occasion était donc tout indiquée pour le Chef du Gouvernement Français d’assurer son soutien à notre pays pour la bonne organisation de l’élection présidentielle libre et transparente, de même que la pleine mise en œuvre de l’Accord. 

Auparavant Soumeylou Boubèye avait successivement été reçu en audience par Mme Florence Parly, ministre français des Armées et M. Jean-Baptiste Lemoyne, Secrétaire d'État auprès du ministre de l'Europe et des Affaires étrangères. Ici, les échanges ont surtout porté sur la coopération bilatérale notamment en matière de défense et de sécurité dans la région du Sahel. A cet égard, les deux personnalités ont convenu de renforcer leur coopération bilatérale et régionale en particulier dans le cadre du G5 Sahel.

Monsieur Jean-Baptiste Lemoyne, Secrétaire d'État auprès du ministre de l'Europe et des Affaires étrangères est la deuxième personnalité avec qui le Chef du Gouvernement a échangé sur les voies et moyens pour renforcer la coopération bilatérale franco-malienne, dans le domaine économique, des investissements et du financement du développement.

L’étape de France de la visite du Premier ministre sera bouclée, ce mercredi 27 juin, par la rencontre avec les patrons français réunis au sein du Mouvement des Entreprises de France. Il faut rappeler que le Premier ministre est accompagné par une forte délégation de patrons maliens et des membres du Gouvernement. 

Bamako, le 26 juin 2018

CIGMA- CCOM-PRIMATURE

 

class="gkFeaturedItemTitle" ELECTION DU 29 JUILLET 2018

  • Catégorie : Actualités
  • Publié le dimanche 24 juin 2018 09:43

LE PREMIER MINISTRE SOUMEYLOU BOUBÈYE MAIGA S’EST RENDU DANS SON CENTRE DE VOTE DE BAMAKO POUR LE RETRAIT DE SA CARTE D’ÉLECTEUR.

 

Trois jours après le démarrage de la distribution des cartes d’électeurs biométriques sur toute l’étendue du territoire national, le Premier ministre Soumeylou Boubèye MAIGA s’est rendu ce samedi matin à la Mairie centrale du District de Bamako pour le retrait de sa carte d’électeur.

Arrivé à 10 heures 45 minutes, le Chef du Gouvernement, très décontracté, a fait la file, au milieu de plusieurs anonymes venus pour les mêmes raisons, avant de se présenter devant l’un des agents (une dame) chargé de la remise des cartes.

Par cet acte, le Premier ministre est venu accomplir un geste citoyen attendu de tous les Maliens en âge de voter et inscrits sur la liste électorale. Le retrait de la carte d’électeur constitue en effet le premier acte pour participer aux élections de 2018 pour lesquelles le gouvernement ne ménage aucun effort afin d’en faire une fête et une occasion d’approfondissement de la démocratie.

Pour le Premier ministre, le vote est un acte de haute portée politique qui renforce la légitimité des institutions et fonde le citoyen à être exigeant envers ses représentants et les institutions. Se félicitant du respect rigoureux par le gouvernement du chronogramme électoral, M. Soumeylou Boubèye MAIGA a invité les acteurs politiques et les citoyens à s’engager davantagepour amplifier la mobilisation socialeet l’adhésion autour des élections du 29 juillet : « Il faut arrêter de dénigrer le processus, au risque de le discréditer injustement et d’affaiblir la confiance des citoyens dans les institutions démocratiques » a affirmé le Premier pour qui « Chacun est libre de voter pour qui il veut, mais  tous les citoyennes en âge de voter doivent se mobiliser pour le faire, car il n’y a pas d’alternative à l’élection du 29 juillet ». Il a conclu que le Mali se stabilisera dans la  démocratie et la sécurité. 

Cellule Communication de la Primature.

 

Sous-catégories

Primature - Tous droits réservés

Top Desktop version